Chercheurs_scientifiques_Gaetano Kanizsa

par Jean Marie Champeau 20 Janvier 2021, 13:16 chercheur scientifique

Gaetano Kanizsa

Gaetano Kanizsa est né le 18 Aout 1913 à Trieste, alors que Trieste appartenait encore à l'empire austro-hongrois, et est décédé le 13 mars 1993 à Trieste. Son père était un juif hongrois de Nagybecskerek, connu aujourd'hui sous le nom de Zrenjanin, dans le Banat.

C’est un psychologue, peintre et professeur à l’université de Trieste. Son nom de famille est analogue à la ville hongroise Kanizsa (maintenant Nagykanizsa)
Il a été le fondateur de l’institut de psychologie de Trieste.

A la fin de ses études, Gaetano Kanizsa a obtenu son diplôme en 1938, avec une thèse en psychologie sur l’imagerie eidétique dans la théorie de Jaensch. (ou effet Stroop, l'interférence que produit une information non pertinente sur une tâche)
Comme il était enseignant temporaire dans une école de Conegliano, dont une légende disant que les eaux favorisaient la formation d'images eidétiques, son mentor, avec une pointe d'ironie, lui a suggéré de rechercher le phénomène pendant qu'il était dans la région. 
L'enquête de Kanizsa fut bien plus sérieuse que le sujet ne pouvait le laisser entrevoir, à tel point qu'après l'obtention de son diplôme sa thèse a été publiée (Kanizsa, 1938).

En 1947, Kanizsa fut nommé professeur assistant à l’université de Florence, puis il devint l’assistant de Musatti à l’université de Milan. 

A son retour à Florence, Kanizsa a publié un certain nombre d'articles de haute qualité scientifique. Il se consacre à l'étude de la perception tachistoscopique (Kanizsa et Meschieri, 1950).

Il a également travaillé dans le domaine de la psychologie appliquée, en particulier les tests d'aptitude, par exemple, il a préparé la version italienne de l'échelle Terman-Merril (Kanizsa, 1950). 
Parmi ses articles on citera celui sur la stimulation intermittente de la rétine (Kanizsa, 1951c),

Kanizsa n'a pas négligé d'autres domaines de recherche, même si son intérêt principal a toujours été axé sur la perception visuelle. Il a publié un article intéressant sur l’attention basé sur le test de Toulouse Piron(mesure de l’attention) (Kanizsa, 1951a). 

 En 1953, il retourne à Trieste pour le professorat à l'Université de Trieste, qu'il tiendra pendant 30 ans. 

En 1953, il publie  deux articles expérimentaux importants, l'un sur l'agression et la frustration (Kanizsa, 1953a - voir aussi Kanizsa, 1955c) et l'autre de renommée internationale sur les erreurs possibles dans la validation des instruments de psychodiagnostic (Kanizsa, 1953b).

Ce sera ensuite l’article auquel il doit sa renommée internationale, qui concerne les «contours quasi perceptifs» (comme il les appelait à l'époque, 1955a) ou les figures anormales (comme Kanizsa, 1976a, préférera l'appeler après les années 70). Le fameux triangle aux contours quasi-perceptifs (le tout premier nom était en fait «des contours phénoménaux en l'absence de discontinuité de la stimulation») a été présenté pour la première fois à la 10e Conférence des psychologues italiens à Chianciano (Kanizsa, 1954c). 

En 1970, Gregory (illusion du mur du café) a redécouvert le fameux «triangle». Cet événement a marqué le début de sa renommée internationale. En 1976, il écrivit un article sur les surfaces anormales et contours illusoires dans «Scientific American», qui fut internationalement acclamé. Le «triangle» est cependant devenu le phénomène perceptif le plus étudié des deux dernières décennies.

Suite aux nombreuses publications au sujet du « triangle », Kanizsa  reconsidère sa position de 1955. L'article original rédigé en préface de «Organisation en vision»(1979) et qui est devenu un classique, considérait les «deux manières d'aller au-delà de l'information donnée» et contenait l'idée théorique principale qui a caractérisé les 15 dernières années de son activité scientifique; la distinction entre un «processus primaire», qui est typiquement perceptif et responsable de «l'articulation du champ en unités distinctes», et un «processus secondaire», qui implique des activités cognitives supérieures chargées de reconnaître, de classer et d'attribuer le sens.

Ce point de vue théorique a suscité de vives réactions de la part des gestaltistes(perception par la vue d’ensemble) les plus orthodoxes, et constructionnistes (la perception est le résultat d’un apprentissage).

Le 13 mars 1993, lors du voyage en train au retour à Trieste après une réunion avec d'autres collègues tenue à Bologne, Kanizsa décède d’une crise cardiaque alors qu’il préparait l'ébauche finale d’une présentation à Brême.


Personnalité importante de la psychologie italienne, Kanizsa aura acquis une renommée mondiale dans les années 70, après avoir publié l’article sur les contours illusoires dans Scientific American en 1976 et son livre Organization in Vision en 1979.

Kanizsa restera comme le créateur de l’illusion d'optique cognitive qui porte son nom et qui fut publiée en 1955.

Un triangle qui n'existe pas est vu entre trois ronds dont il manque une portion
Aller voir

 

ACCUEIL

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page