La perspective de Ponzo

par Jean Marie Champeau 6 Janvier 2021, 12:16 illusion géométrique

L'illusion de Ponzo est une illusion géométrique-optique qui a été démontrée pour la première fois par le psychologue italien Mario Ponzo en 1911.
Il a suggéré que l'esprit humain juge la taille d'un objet en fonction de son arrière-plan.

Présentation de l'illusion

Son expérience est simplissime. Il démontre que des lignes de taille identique peuvent sembler avoir des longueurs différentes lorsqu'elles sont placées entre des lignes parallèles convergentes.

Les lignes convergentes de Ponzo
La ligne supérieure semble plus longue. 

Explication(s) de l'illusion

L’une des explications est l '«hypothèse des effets de cadrage», qui dit que la différence dans la séparation ou l'écart des lignes horizontales par rapport aux lignes convergentes de cadrage pourrait déterminer, ou au moins contribuer à l'ampleur de la distorsion.

Un autre explication de l'illusion de Ponzo (qui a ma préférence), est «l'hypothèse de la perspective», qui stipule que l'élément de perspective de la figure est manifestement produit par les lignes convergentes habituellement associées à la distance, et les deux lignes obliques convergeant vers un point de fuite.

La ligne supérieure semble plus longue parce que nous interprétons les côtés convergents selon la perspective linéaire comme des lignes parallèles s'éloignant dans la distance.

Dans ce contexte, nous interprétons la ligne supérieure comme si elle était plus éloignée, donc nous la voyons comme plus longue car un objet plus éloigné devrait être plus long qu'un objet plus proche pour que les deux produisent des images rétiniennes de la même taille.

Conclusion

Pourquoi ai-je une préférence avec l’explication de la perspective ?
Parce que tout est perspective. Nous baignons dedans sans même nous en apercevoir. Tout notre système visuel, toutes nos capacités cérébrales mesurent notre environnement des dizaines de fois par seconde. Ce n’est qu’au travers de petites expériences comme celles ci, que nous en prenons conscience.


Dans une perspective, les lignes de fuite apparentes ou suggérées « matérialisent » la profondeur, le référentiel, dans lequel nous nous situons nous aussi.
Ensuite, les objets placés « dans ce décor » sont analysés en fonction de ce référentiel.
Pour une taille apparente égale, les objets lointains sont interprétés comme étant « en réalité » plus gros que les objets plus proches.


Mais cela reste une sensation et non une mesure. Nous avons cette sensation car nous faisons partie du décor et que inconsciemment nous nous préparons à rencontrer ces (gros) objets si nous avancions dans ce décor.

L'illusion de Ponzo montre que le contexte est fondamental pour la perception de la profondeur. Le contexte fournit les « indices » qui permettent de mettre en place le référentiel. Mais ces indices peuvent être trompeurs.

ACCUEIL

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page