L’illusion Munker-White et effet Bezold

par Jean Marie Champeau 8 Février 2021, 13:47 illusion luminosité couleur

Toutes ces boules sont de la même couleur
des boules couleur pêche sont recouvertes partiellement de lignes bleues, rouges, magentas, vertes

Sur ce dessin de David Novick, un enseignant travaillant pour l’Université du Texas à El Paso, une multitude de lignes apparaissent par-dessus ces fameuses boules. Elles sont de différentes couleurs. On distingue des lignes bleues, rouges, vertes et magenta. Sur chaque boule deux des quatre couleurs sont occultées.

En soi, l’image n’a rien d’extraordinaire, sauf que ces boules sont en réalité toutes de la même couleur jaune paille. 

Preuve

lignes de couleurs avec les boules jaune derrières et un bande du même jaune que les ronds
gros plan sur la bande jaune et une boule

 

 

 

 

 

 

 

La bande recouvrant l’image est de la couleur des boules mais même là, il est difficile de distinguer la correspondance des couleurs avec les boules. Il faut s’approcher de près, de très près. . . Et même là !

C’est une image illustrant une illusion de Munker, ou illusion de White, ou encore effet Bezold.

Les illusions Munker-White et effet Bezold

L'illusion de White ou illusion de Munker-White a été découverte en 1979 par Michael White, qui a publié ses découvertes dans la revue de psychologie Perception en 1979 et 1981. 

C’est une illusion de luminosité où certaines bandes d'un réseau noir et blanc sont partiellement remplacées par un rectangle gris. 
L'illusion de White est parfois combinée avec l'illusion de Munker, une illusion similaire qui utilise des couleurs au lieu de niveaux de gris et appelée "l'illusion Munker-White".

L’effet Bezold est une illusion d’optique, du nom d’un professeur allemand de météorologie, Wilhelm von Bezold, qui a découvert qu’une couleur peut apparaître différente en fonction de sa relation avec les couleurs adjacentes.
Cela arrive quand de petites zones de couleur sont intercalées. Un effet d’assimilation appelé effet d’étalement de von Bezold, similaire au mélange de couleurs spatiales, est obtenu.
 

L’illusion de White

L'illusion de White illustre le fait qu'une même luminance cible peut susciter différentes perceptions de la luminosité dans différents contextes.

Description 

L'illusion de White est constituée d'une série de barres horizontales noires et blanches. D'un côté, des barres grises plus courtes recouvrent les barres noires. De l'autre côté, ils recouvrent les barres blanches. 

deux bandes du même gri sont traversée par des traits noirs au dessus et en dessous.

En observant l'image, il apparaît que les barres grises entourées de bandes blanches semblent plus claires que les barres grises entourées de bandes noires.

Les rectangles A, à gauche, semblent beaucoup plus foncés que les rectangles B, à droite. Cependant, les rectangles A et B sont du même gris. 

L’illusion de Munker-White

Description 

De nombreuses bandes noires horizontales et deux barres verticales à rayures vertes. Les barres vertes sont du même vert mais diffèrent par la luminosité perçue. 

deux bandes de la même couleur sont recouvertes de traits noirs l'une dessus l'autre dessous

Les barres vertes entourées de blanc paraissent plus claires que les barres vertes entourées de noir.

L’effet Bezold 

Dans l’effet Bezold une couleur peut apparaître différente en fonction de sa relation avec les couleurs adjacentes.

Description 

Des petites zones du même rouge sont intercalées avec du blanc et avec du noir. 

Des bandes de couleur sont sur fond blanc du coté gauche et sur fond noir du coté droit.

Le rouge semble plus léger combiné avec le blanc, et plus sombre combiné avec le noir.

Un effet d'assimilation appelé effet d'étalement de von Bezold , similaire au mélange spatial de couleurs, est obtenu. 

Explication(s) des illusions 

- Certaines explications, abandonnées depuis, ont fait mention de l’action de l’inhibition latérale consistant en la diminution de la quantité de stimulus qu’une cellule reçoit de ses cellules voisines.

- La théorie de l'appartenance a été suggérée comme une explication de l'illusion de White. Par contraste la zone sombre A qui repose sur le fond blanc apparaîtrait plus sombre que la zone claire B qui repose sur le fond sombre. Mais cette théorie n’expliquait pas pourquoi les deux gris des rectangles A et B apparaissent différents, l’un semblant plus clair que l’autre.

- Certaines théories restent dans le cadre du contraste simultané, mais proposent que les réactions de différentes parties du système visuel soient responsables de l'illusion.

- D'autres proposent que le traitement des jonctions en T (la zone où les bandes grises croisent les bandes adjacentes) crée l'illusion.

Ma proposition d’explication

Les diverses démonstrations souhaitent expliquer les phénomènes par les valeurs limites les mesures des observations et localiser les zones neuronales impliquées. 

Pour ma part, je préfère rester dans le domaine du principe de fonctionnement de notre système visuel.
Ces illusions, généralement associées entre elles, présentent une particularité commune dans le traitement des couleurs (ou des gris) consistant à l’influence des teintes voisines l’une sur l’autre. Nommée effet d' étalement chez Von Bezold, cet effet est connu depuis sous le nom d’assimilation chromatique.

On rencontre souvent cet effet dans beaucoup d’illusions de couleurs, comme on l’a vu dans, "l’illusion des spirales vertes", ou "l’effet aquarelle" , par exemple.

L’assimilation chromatique

Je propose donc la même explication que pour les autres illusions de couleurs, à savoir la moyenne des couleurs.

Sur un damier des carrés rouges et des carrés verts sur fond jaune et sur fond bleu
Aller voir

Russell De Valois(1926-2003), scientifique américain reconnu pour ses recherches sur la vision spatiale et des couleurs, a montré que notre système visuel procède à l’assimilation chromatique, expliquée par les « damiers de De Valois ». (voir l’illusion des spirales bleues et vertes)

Il a découvert que les cellules du cerveau peuvent être activées par une lumière d'une couleur et cesser de se déclencher lorsqu'elles sont en présence d’une couleur différente.

Dans son expérience, les damiers du haut portent le même rouge et pourtant le rouge semble orangé à gauche, et magenta à droite. 
De même pour la partie inférieure. Les carrés verts du même vert, paraissent plus bleutés à droite.

Cette illusion d'optique est due au contexte. En effet, les couleurs des losanges se mélangent dans le cerveau. 
En haut, le jaune additionné au rouge donne du orange, le bleu additionné au rouge donne du magenta. 
Le même phénomène se produit pour les carrés verts. Ils ont l'air plus verts à gauche qu'à droite puisqu'ils sont entourés de jaune.
On parle d’assimilation chromatique lorsque notre système visuel, au lieu de restituer les couleurs telles quelles, fait la moyenne des teintes et des luminosités, en fonction du contexte.

Ainsi, il est logique que le système visuel adopte la même stratégie pour différents aspects d’une scène visuelle quand il y a juxtaposition d’éléments « contrastés », colorés ou gris.

C’est ce qui, de mon point de vue, provoque l’altération apparente des teintes des régions colorées ou grises, recouvertes de rayures blanches ou noires dans les illusions White, Munker et effet Bezold.

ACCUEIL

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page