Un soleil qui n’arrête pas de bouger

par Jean Marie Champeau 18 Mars 2021, 10:59 illusion luminosité couleur mouvement

Des images, appelées « fractales » réalisées à l’aide d’un logiciel graphique qui reproduit en grand nombre un même motif de base simple peuvent être spectaculaires. Une très petite modification dans la formule de calcul peut provoquer des effets inattendus comme une concentration d’effets sur une région de l’image.
Certaines de ces images produisent un effet « psychédélique » mettant à l’épreuve notre vue. On trouve de nombreux exemples de ce type d’images sur des serveurs spécialisés cités au chapitre sources. 

J’attire votre attention sur le fait que la vue de cette image provoque une impression d’instabilité du regard proche du symptôme de déficience visuelle appelé « l’oscillopsie ». 
(L’oscillopsie résulte le plus souvent d’une instabilité oculomotrice anormale)


Par conséquent, les personnes sujettes à des vertiges ou présentant des mouvements oculaires anormaux, devront prendre garde aux effets induits par le visionnage de cette image en taille normale.


Ci dessous la même image réduite dans laquelle l’instabilité visuelle se trouve annulée.
 

des cercles concentriques parcourus par des rayons de couleurs irisées
 Mengenal Permainan Rubik

 

des dessins en étoiles en forme de V en couleurs irisées
Moving Sun  digital artwork by Optical Illusion

Le motif en « V » répétitif et de taille croissante, en étoile, présentant des bandes blanches réparties régulièrement et contrastant avec les bandes de couleur plus sombres et légèrement floues,  provoque un effet vibratoire. 
Il n’est pas besoin de bouger pour ressentir l’effet de mouvement.
 

Etude

Plusieurs hypothèses pourraient expliquer l’illusion de mouvement. Il est probable que plusieurs facteurs provoquent l’effet vibratoire. Nous allons tout à tour examiner les couleurs, les contrastes et la netteté de l’image en conservant la forme des motifs.
Observons que si la forme des motifs en étoile joue un rôle certain dans l’amplification de l’effet vibratoire, si cette forme des motifs est la seule cause du phénomène vibratoire, il devrait persister quelque-soit la configuration.

Les couleurs

Si les couleurs sont en cause, vérifions si l’effet persiste en isolant chaque couleur primaire.
 

Avec le rouge seul l’effet a disparu.

Le dessin des motifs en forme de V disposés en étoile en rouge et noir.

 

Avec le bleu seul l’effet a disparu mais on sent une légère instabilité.

motifs en forme de V en étoile en bleu et noir

 

Avec le vert seul l’effet a disparu mais comme pour le bleu, ce n’est pas totalement stable.

le motif de l'étoile des rayons vibrants en vert et noir

 

Les contrastes

Les contrastes sont en cause, en noir et blanc l’effet persiste presque aussi fort.

étoile des rayons vibrants en noir et blanc

 

La balance des blancs

En augmentant la balance des blancs, l’image est plus chaude, les zones blanches deviennent jaunes, les bleus ont presque disparu. L’effet persiste mais est affaibli.

motifs vibrants en étoile en couleur mais avec la balance des blancs au maximum

 

La netteté

L’image originale présente des motifs avec un léger floutage. Vérifions en augmentant la netteté.
L’illusion de vibration est conservée même si l’effet est moins fort.

motifs vibrants disposés en étoile avec netteté maximum

 

Explication de l’illusion

Les couleurs seules ne suffisent pas à créer l’illusion de scintillement de l’image. 
Ce qui génère l’effet c’est essentiellement le contraste des éléments des motifs. 
L’empilage de contrastes des couleurs bleue, blanc, jaune, bleu, rouge etc. . . est amplifié par le léger floutage des motifs et, bien sûr, leur forme, leur nombre et leur disposition en étoile.

En rappelant que la réduction de l’image annule l’effet de vibration, nous constatons que c’est le nombre de stimuli qui est en cause.

Le nombre important des stimuli provoque une grande difficulté pour l’oeil à accommoder. La mise au point devient impossible car l’image entière ne propose pas une vue d’ensemble qu’on puisse interpréter globalement et l’observateur reste noyé dans les stimuli répétitifs dépourvus de signification. Les capteurs optiques saturent, l’oeil n’arrive pas à faire sa mise au point sur un endroit particulier le l’image.

Ce phénomène, purement physiologique, se nomme la « vibration rétinienne » qui est exploité par le courant artistique appelé « Art cinétique ».
 

ACCUEIL

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page