Les illusions dans la guerre, 39-45, Opération Tracer

par Jean Marie Champeau 15 Mai 2021, 10:16 application guerre

39-45, Emmuré volontaire à Gibraltar  

                           
L’origine de la menace                                                                                                           

Un plan allemand de 1940, connu sous le nom de code d'opération Felix prévoyait d’envahir Gibraltar en passant par l'Espagne

Le plan faisait partie d'un projet plus vaste, intitulé Stratégie périphérique, dans laquelle l'Allemagne envisageait de couper la Grande-Bretagne du reste de son Empire.

 

Le renseignement britannique avait pris la menace très au sérieux. À l'été 1941, le contre-amiral John Godfrey Henry, le directeur de la Division du renseignement naval de l'Amirauté britannique, décida de créer à Gibraltar un poste d'observation secret qui resterait opérationnel même si Gibraltar tombait aux mains de l'ennemi. Le plan prit comme nom "Opération Tracer". 

L’opération était si secrète qu'aucune des réunions préparatoire à l’opération Tracer n’eut lieu à Whitehall. Ils se tinrent à la résidence de Godfrey au 36, Curzon Street, Mayfair, au centre de Londres.

Le plan

 

Localisation du bunker sur le rocher

Du poste d'observation à Gibraltar, des soldats emmurés à l'intérieur d’une grotte rendraient compte des mouvements de navires ennemis à l'Amirauté, via des liaisons radios clandestines. 

 

Les officiers britanniques, en particulier le commandant Geoffrey Birley et l’ingénieur en chef le colonel Fordham, firent des reconnaissances du Rocher de Gibraltar et choisirent un système de tunnel existant de l’abri de Lord Airey comme site de l'opération Tracer

 

Dans un premier temps, des plans furent faits pour fournir la quantité d’approvisionnement annuel pour cinq hommes, dont la nourriture, l'eau, l'assainissement et les communications radio. Le plan fut, par la suite, modifié pour inclure un sixième homme. 

Finalement, les approvisionnements pour sept ans furent prévus. Le directeur du renseignement naval consulta plusieurs experts sur la faisabilité et les exigences du programme.

Les consultants

George Murray Levick

Un des consultants pour l'opération Tracer était explorateur et chirurgien, le commandant de la Royal Navy George Murray Levick.

L'explorateur avait fait partie de l’équipe de soutien du capitaine Robert Scott  dans l'Antarctique. Levick et cinq autres hommes de l'équipage avaient survécu à leur voyage de huit mois vers le cap Evans, avec tout un hiver passé dans un trou à neige, mangeant de la graisse de phoque et de la viande de manchot. 

 

Il fit des recommandations en matière de contrôles psychologiques du personnel, ainsi que pour l'alimentation, l'habillement, l'exercice et les activités de loisirs. Levick donna également des conseils pour la ventilation et l'assainissement de la grotte, y compris la façon de traiter les cadavres. 

Il établit des rapports avec des recommandations pour l'opération. Il dressa également une liste exhaustive des provisions à rassembler dans la grotte. Le directeur Godfrey et ses consultants étaient d’accord avec la recommandation de Levick pour une répétition générale, même si Romney Marsh, en Angleterre fut choisi, plutôt que l'Écosse. De plus, Levick vécut avec l'équipe de l’opération Tracer durant la répétition.


Le consultant radio du MI6 était le colonel Richard Gambier-Parry, qui supervisa le volet communication de l'opération Tracer. 

La construction

Niveau supérieur

À la fin décembre 1941, la construction du complexe secret commença. Elle se situait près de l'extrémité sud du la réserve naturelle d’Upper Rock, à proximité de la batterie de Lord Airey


Les travaux du tunnel étaient réalisés dans le plus grand secret. Les ouvriers n'étaient pas au courant de l'emplacement exact.
Toutes les personnes impliquées dans la construction de l'installation du plan Tracer furent immédiatement renvoyés en Angleterre à son achèvement, de crainte qu’elles ne révélassent l’opération. 
                                                                                      

La salle qui deviendrait les locaux d'habitation pour les hommes avait un volume de 1 630 m3, avec des dimensions de 14 m × 4,8 m × 2,4 m, et se situait à une altitude de 410 m. 

 

Les deux ouvertures d'observation, une à l'Ouest donnant sur la baie de Gibraltar, et l'autre à l’Est sur la Méditerranée, assuraient la ventilation. Chaque ouverture était initialement prévue pour être de 30 cm × 15 cm. 
 

Un réservoir d'eau de 45 000 litres était prévu. Les toilettes, branchées secrètement sur le réseau de l’abri Lord Airey, je suppose, étaient à côté d'une petite salle de radio équipée d’un émetteur Mark 3 et un récepteur HRO. Trois batteries de 12 volts, pouvant délivrer 120 ampères seraient chargées par un des deux générateurs, le premier actionné par un vélo et l'autre par une manivelle. La bicyclette, qui actionnait également un système de ventilation, avait eu sa chaîne remplacée par une courroie en cuir, afin de minimiser le bruit lorsqu’elle était utilisée. 

Niveau inférieur

L’installation d’une antenne extérieure fut recommandée. Une tige d'antenne mesurant 5,5 m de longueur serait insérée à travers l'ouverture d'observation située à l'Est.

Un escalier près de la chambre principale, au niveau de la salle de radio et de toilettes, conduisait au poste d'observation Est. 

Il fut décidé que l'antenne serait cachée en la retirant dans un tuyau après utilisation, le tuyau courant le long de l'escalier qui conduisait à la salle principale. 

Alors qu'il avait été initialement prévu que les ouvertures d'observation seraient toutes les deux des fentes, le choix final fut d’agrandir l'ouverture à l’Est donnant sur la Méditerranée, car elle donnait sur une étroite corniche, et était complètement cachée. L'ouverture et la corniche étaient suffisamment larges pour qu'un homme puisse monter dessus en quête d'air frais. 

 

À mi-hauteur de l'escalier principal, se trouvait un autre escalier qui conduisait au poste d'observation Ouest. L’ouverture Ouest sur la baie serait dissimulée avec une cale en béton. 

L'intégralité de la chambre principale était plâtrée et son sol recouvert de dalles de liège, deux solutions pour réduire la transmission des sons.

Le passage de l’entrée avait un sol meuble, afin de faciliter les sépultures si nécessaire. Il y avait aussi des briques supplémentaires pour murer le tunnel d'accès une fois les six hommes installés à l'intérieur de la grotte. 

Salle principale reconstituée
Le complexe en 3D

 

L’équipe

En janvier 1942, un rapport des consultants, Horder et Levick, fait des suggestions pour le personnel, l'exercice, les provisions, dont la nourriture, l'alcool et le tabac, la ventilation et l'assainissement.

Si l'un des membres de l'équipe mourait, il était recommandé que ses restes soient embaumés et enterrés. 
                                   

Il fut décidé que l'équipe de l’opération Tracer devrait comporter six membres : un officier qui serait le chef de l'équipe, deux médecins et trois télégraphistes. Il fut proposé qu’une répétition soit mise en œuvre afin d'évaluer l'aptitude psychologique des membres de l'équipe proposée et qu’elle ait lieu en Écosse.


Le mois suivant, en février 1942, il fut proposé que, une fois l'équipe Tracer choisie, une seconde équipe soit constituée, et que des postes d'observation à d'autres endroits tels qu’Aden et Malte soient envisagés.


À la fin d’avril 1942, cinq membres de l'équipe d'exploitation Tracer avaient été sélectionnés : deux chirurgiens-lieutenants et trois membres des transmissions. 

Le chirurgien-lieutenant Bruce Cooper natif de Castle Eden, en Angleterre, avait été recruté par Levick pendant son congé à terre en 1941. Lorsqu’on lui demanda de recommander un autre médecin, il suggéra le nom d’Arthur Milner, un médecin civil à Morecambe. Les deux médecins étaient amis et avaient tous deux obtenu leur diplôme en médecine de l'Université de Durham. 

 

Rien ne fut dit à Cooper, à propos de la mission secrète, jusqu'à ce qu'il accepte d'y participer. Milner fut d'abord hésitant à s'engager dans la marine en raison de son mal de mer. Cependant, il lui fut assuré qu'il ne serait jamais exigé qu’il servît en mer. Bien qu'il ait été envisagé de faire des répétitions en Écosse, l'équipe entreprit des répétitions à Romney Marsh, en Angleterre, après une formation initiale. 

 

Trois des meilleurs opérateurs radio et un chef d'équipe furent également recrutés. Toutefois, le chef de l'équipe dut être remplacé. L'officier avait apparemment hésité à l'idée de partager sa table avec trois matelots, les hommes de troupe qui devaient servir comme opérateurs radio. Les noms des trois opérateurs radio ne sont pas connus.
Les médecins, Cooper et Milner arrivèrent à Gibraltar rejoindre leur chef, volontaire nouvellement choisi « Windy » Gale, un natif du Kent.

La mission

Vue sur la baie de Gibraltar par la fente OUEST
Aspect intérieur de la fente

 

Vue extérieure du poste d’observation
Fente comparée avec une pièce.

 

Vue EST sur la Méditerranée.
 L’ouverture EST plus grande
L’ouverture EST plus grande
Plusieurs hommes sur la corniche

 

Les six hommes s'étaient portés volontaires pour être emmurés à l'intérieur de la grotte si Gibraltar devait tomber aux mains des puissances de l'Axe. Les hommes comprirent qu'ils resteraient enfermés dans l’installation souterraine durant environ un an, mais que cela pourrait être beaucoup plus long. 

 

Des provisions pour un séjour de sept ans furent rassemblées dans le complexe. 

 

Un manuel pour les membres de Tracer avait été imprimé, officiellement pour une expédition dans l'Arctique, et le directeur du renseignement naval initia les préparatifs pour une seconde équipe Tracer. 

Le manuel de l'opération Tracer évoque la sélection du personnel, le chauffage, l'éclairage ainsi que l'assainissement. Il dispose d'une dizaine d'annexes sur la nourriture, les vêtements, les ustensiles, les outils, l'équipement, le mobilier, la cuisine, la papeterie, les jeux, la bibliothèque, les articles divers, les fournitures médicales, et les instruments chirurgicaux. 

Tout est prêt

 

En 1942, Hitler mécontent de la politique menée par Franco, en juillet 1942, envisageait de trouver une personne apte à clarifier la situation politique espagnole. 

 

Dès le début d’août 1942, une équipe complète Tracer fut rassemblée à Gibraltar, supervisée par le commandant Pyke-Nott. 

À chaque membre de l'équipe fut attribuée une tâche qui leur assurait une couverture à sa présence à Gibraltar. À la fin du mois, la construction de la grotte était presque terminée et toutes les dispositions étaient en place. 

 

Le 11 novembre 1942, la zone libre française est envahie mais les Allemands ne passent pas les Pyrénées car Hitler est préoccupé par le front de l’Est. 


En mai 1943, les armées alliées achevèrent le débarquement en Afrique du Nord, et le 17 août, elles expulsèrent les dernières forces de l'Axe de Sicile, ce qui rendit la menace sur Gibraltar négligeable. 


Le 24 août 1943, le directeur du renseignement naval envoya, un message hautement secret, crypté avec un masque jetable, dans lequel il commandait un dernier exercice de communication radio, ainsi que le murage des chambres et la distribution des provisions qui avaient été stockées. 

 

L’opération Tracer à Gibraltar ne fut jamais activée. 

La découverte                                         


Depuis la Seconde Guerre mondiale, des rumeurs circulaient à propos d’une salle secrète dans le rocher de Gibraltar


A la fin de 1997, après une recherche de plus de deux ans l’équipe du Groupe de spéléologie de Gibraltar mit au jour le complexe secret, à l'extrémité sud de la réserve naturelle d’Upper Rock.

Le groupe avait évalué les emplacements possibles du complexe, et était arrivé à la conclusion qu'il devait être situé en haut sur le Rocher pour disposer d’une belle vue sur la Méditerranée et la baie de Gibraltar

Leurs soupçons se confirmèrent lorsque des membres du groupe sentirent un courant d’air dans un tunnel qu'ils avaient déjà exploré. En ce jour de décembre 1997, le Groupe spéléo de Gibraltar retira quelques tôles ondulées, et trouva une zone murée dans la paroi. 
                                                                                                

Les restes de la salle principale

En enlevant soigneusement quelques briques, ils mirent rapidement en évidence une porte derrière la partie murée dans le tunnel. Le groupe franchit un mur et entra dans une série de salles. Il fut rapidement établi que le complexe secret était probablement le site longtemps recherché de l'opération Tracer. 
La salle secrète avait été surnommée « Stay Behind Cave » par les habitants il y avait des années.

 

En plus des postes d'observation et la cale de camouflage de la fente Ouest, les hommes découvrirent les restes d'une bicyclette. Ils trouvèrent également le tube qui gainait l’antenne le long des escaliers. Les carreaux de liège sur le sol servant à la fois d’isolant thermique et phonique étaient encore en place.

STAY BEHIND CAVE(GBC-1998)

Les hommes conservèrent l'emplacement de la grotte secret pendant trois mois le temps de l’étudier et de tourner le documentaire en 1998, « Opération Tracer - Stay behind Cave », qui fut diffusé en avril 2012.

Au cours du documentaire de 28 minutes, en anglais, l'équipe ouvrit le robinet en laiton sur la fosse de la vasque de lavage alimentée par le réservoir d'eau. L'eau, tout d'abord noire, devint rapidement claire. 

1/4

En octobre 2008, le médecin Bruce Cooper, le dernier survivant de l'opération Tracer, revint à Gibraltar avec sa famille. L'équipe qui les accompagna au complexe secret comprenait le directeur du musée de Gibraltar. L'événement fut filmé par Martin Nuza et Jim Crone dans un documentaire en 4 parties. 

2/4

Le médecin à la retraite confirma que la grotte « Stay behind » découverte en 1997 était la même salle secrète qui avait été construite pour son usage et celui de ses cinq collègues. 

3/4

 

GBC Operation Tracer(Martin Nuza)

 

 

4/4

Bruce Cooper et Martin Nuza.

 

 

Le chirurgien lieutenant-commandant Bruce Cooper est mort deux ans plus tard, peu après son 96e anniversaire, le 3 décembre 2010.

Vue extérieure du poste Ouest, placement de la cale de camouflage et images des locaux.
Vue extérieure du poste Ouest, placement de la cale de camouflage et images des locaux.
Vue extérieure du poste Ouest, placement de la cale de camouflage et images des locaux.
Vue extérieure du poste Ouest, placement de la cale de camouflage et images des locaux.
Vue extérieure du poste Ouest, placement de la cale de camouflage et images des locaux.
Vue extérieure du poste Ouest, placement de la cale de camouflage et images des locaux.
Vue extérieure du poste Ouest, placement de la cale de camouflage et images des locaux.
Vue extérieure du poste Ouest, placement de la cale de camouflage et images des locaux.
Vue extérieure du poste Ouest, placement de la cale de camouflage et images des locaux.

Vue extérieure du poste Ouest, placement de la cale de camouflage et images des locaux.

Bruce Cooper (assis), Martin Nuza, et Jim Crone à Gibraltar, octobre 2008.

 

ACCUEIL

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page