Les illusions dans la guerre, 39-45, Opération Copperhead

par Jean Marie Champeau 26 Juin 2021, 13:29 application guerre

39-45, Le faux général Montgomery

 

Meyrick Edward Clifton James
Meyrick Edward Clifton James

Printemps 1944. La tension est à son maximum. Le débarquement des Alliés en Normandie, est imminent. Personne ne connaît encore ni sa date ni son lieu. 

Un chose est certaine, selon le commandant suprême Dwight D. Eisenhower, « Ce ne sera pas juste une autre bataille. Tous les jetons seront sur la table ! »


Quelques mois avant le jour J, de nombreuses opérations de diversion sont organisées pour détourner l’attention des Allemands des côtes normandes. Ces opérations ont été regroupées sous le nom de code de "Fortitude". 


"L’Opération Copperhead" est l'une de ces opérations de diversion. Elle consista à faire voyager en Afrique du Nord le sosie du Field Marshal Montgomery.  

Le plan

 

L’idée, et ce n'était pas une tâche facile, était de trouver un personnage qui ressemblait suffisamment à Montgomery pour tromper les Allemands. 

Le premier sélectionné était l'acteur Miles Mander qui avait joué dans «Five Graves in Cairo». Cependant, Mander était plus grand que Monty et il était impossible de cacher cette différence de taille. Un deuxième acteur sélectionné a eu un accident de la circulation et s'est cassé la jambe.  


En feuilletant le News Chronicle, le lieutenant-colonel J.V.B. Jervis-Reid, commandant en second du Comité des Ressources Spéciales, découvre la photo d’un acteur australien, qui ressemble à s’y méprendre à « Monty ». 

L’homme en question se nomme Meyrick Edward Clifton James, il est Australien et sert dans l’armée britannique comme officier-payeur et, acteur, il divertit les troupes. Jervis-Reid entre en contact avec un collègue du Service cinématographique de l’armée, et lui demande de convoquer le lieutenant James à Londres sous n’importe quel prétexte. 

 

 Was Monty's Double
Was Monty's Double

Le colonel du Service cinématographique, l’acteur David Niven, délègue la tâche à son ordonnance, le caporal Peter Ustinov. Un ordre de mission parvient à l’intéressé, l’informant qu’il devrait jouer dans des films en faveur de l’effort de guerre. 

Monty et James

Après une audition passée devant Niven, James est prié de rester quelques jours à Londres. Rapidement, les instigateurs de l’opération se rendent compte de l’évidente et étonnante ressemblance, mais se heurtent à une voix et une gestuelle très éloignées de celle de Montgomery.
 

James
James

Le temps presse, car les Alliés sont à quelques mois de la date fatidique du débarquement en Normandie et l’acteur australien n’est toujours pas prêt à endosser le rôle.
La ressemblance est frappante, mais on ne pouvait imaginer tempérament plus éloigné du général Montgomery. Il ne dégage aucune autorité, il est sans charisme et sans assurance.


Admis à l’état-major de Monty afin de pouvoir l’étudier au mieux, il suit des cours intensifs afin de modifier sa voix et imiter parfaitement les moindres gestes habituels de son modèle. 
Par exemple en essayant de capter sa démarche caractéristique avec les mains jointes derrière le dos, ou la façon dont il se pinçait la joue en pensant.

 

Une prothèse lui est même fabriquée pour remplacer son doigt perdu au combat et qui est intact chez le général. 

Autre problème majeur : James est alcoolique et fume à outrance. Monty ne tolérait pas que ses subordonnés fument et boivent en sa présence. 
Mis au courant de l’opération, James est condamné à se priver de ses mauvaises habitudes. Il est soumis à un régime sévère et il fallut sérieusement le surveiller. 

Pendant ce temps, les agents britanniques en Méditerranée propagent des rumeurs sur l’arrivée prochaine du général. Il viendrait effectuer une visite d’inspection dans le cadre de la préparation d’un débarquement dans le Sud de la France. 

Meyrick Edward Clifton James
Meyrick Edward Clifton James

L’opération est lancée le 25 mai 1944 à 6 heures. James, alias Montgomery, a enfilé sa tenue de combat de général et son béret noir avec son Insigne du corps blindé. Suivi d'un vrai brigadier, de deux vrais capitaines et de deux faux assistants, James sortit d'un pas vif de la porte du quartier général vers la Rolls-Royce, qui portait le fanion de Monty

 

Face aux journalistes convoqués pour la circonstance, James affiche le brillant sourire et le célèbre salut de Monty, sa voiture d’état-major le conduit à la base de la RAF de Northolt, où l’attend un avion pour Gibraltar. Au passage de "Monty" des rumeurs circulent, et prétendent que le général part pour l’Afrique du Nord

Les médias britanniques relayent l’information à grand coup de titres ronflants. 

Mise en scène

 

I Was Monty's Double
I Was Monty's Double

Toute la mise en scène est soigneusement suivie et, dans l’avion, James se rend aux toilettes où une bouteille de whisky a été consciencieusement planquée. Les gardes du corps de James le retrouvent dans un état semi-comateux, et font tout ce qui est en leur pouvoir pour dégriser l’incorrigible buveur. 


Devant l’impossibilité de ramener l’ivrogne à la réalité de sa mission, les gardes doivent employer la manière forte. La tête de leur « Monty » est enveloppée dans une serviette humide, et est placée à l’extérieur de l’avion par la porte de secours.
 

Au moment de l’atterrissage, l’Australien est frigorifié, mais totalement dégrisé. 
Arrivé à Gibraltar, une voiture officielle charge l’acteur en direction de la résidence du gouverneur, sir Thomas Ralph Eastwood. Cet ami intime de Montgomery est complètement abusé par la remarquable prestation de James, qui, à jeun, ne manque pas de talent.

The Convent, la résidence officielle du gouverneur de Gibraltar depuis 1728
The Convent, la résidence du gouverneur de Gibraltar

 

I Was Monty's Double
I Was Monty's Double

Lors de la soirée officielle, sir Eastwood a invité un couple de banquiers espagnols, dont les services secrets britanniques connaissent la connivence avec les Allemands. Au cours de cette soirée mémorable, James et Eastwood réussissent un duo exceptionnel. Ils parlent « discrètement » du plan 303, et de l’invasion de la France au nord de la frontière espagnole.

Le lendemain, de retour à l’aéroport, le commandant de bord simule une panne de moteur. Les deux compères se rendent au terminal pour y prendre le thé. Installés près du bar, ils s’étendent à nouveau sur le plan 303. Derrière le comptoir, deux Espagnols pro nazis, sensés ignorer l’anglais, boivent leurs paroles. Lorsque les hommes sont partis, James a "oublié" un mouchoir brodé des initiales BLM.


L’opération Copperhead se déroule comme prévu, et les deux hommes se quittent près de l’avion. 


La prochaine étape de cette désinformation se situe à Alger, où James rencontre le commandant en chef du secteur de la Méditerranée, le général Maitland Wilson. 

Les réunions se suivent et, avant de quitter l’Afrique du Nord, le faux Montgomery apparaît sur un balcon, des cartes à la main. À grands renforts de gestes, il montre la mer, et interprète ainsi une saynète des plus convaincantes. Ces dernières interventions en public clôturent l’Opération Copperhead. 

Repérée par l'Abwehr, sa présence est interprétée comme un signe que de grandes manoeuvres se préparent en Provence.

 

Mission réussie et James est envoyé au Caire où il demeure enfermé dans une chambre d’hôtel jusqu’au Jour-J du 6 juin. Pendant ce temps, des agents doubles en Afrique du Nord ont été utilisés pour prolonger la mascarade pendant quelques jours de plus, en laissant entendre que Montgomery était toujours dans la région.

Epilogue
   

L’interprétation de James abusa-t-elle réellement les Allemands ? 

La visite a été signalée dans la chaîne de commandement allemande, et certains agents doubles ont par la suite reçu des demandes d'informations sur les mouvements de Montgomery mais il ne semble pas que cette information ait été transmise au commandement allemand en France. Selon les généraux ennemis capturés, les services de renseignement allemands croyaient qu'il s'agissait de Montgomery, même s'ils pensaient toujours que c'était une feinte. 

                                                                                                                                    

undefined
I Was Monty's Double

Toujours est-il que la veille du Débarquement en Normandie, les Allemands avaient baissé leur garde : Rommel, responsable de la défense des côtes de la Manche, était à Berlin pour fêter l’anniversaire de sa femme avant une entrevue avec Hitler et l’état-major de la VIIe armée allemande, chargée de la défense la Normandie, était en permission.                                                               

James n'a pas trop apprécié l'expérience. Bien qu'il ait reçu un salaire équivalent (10 £ par jour) à Montgomery pendant l'opération, cela avait été une mission stressante. Après l'apparition publique de Montgomery sur la tête de pont de Normandie, James est retourné en Angleterre et a repris son rôle au sein du Pay Corps et a été averti de ne pas parler de l'opération sans beaucoup de reconnaissance pour le succès de sa mission.

 

livre I was Monty double

Après-guerre, Clifton James retomba dans l’oubli. En 1954, il publia ses exploits dans un livre intitulé « I was Monty’s Double », qui fut porté à l’écran quatre ans plus tard en 1958, dans lequel James a joué son propre rôle, aux côtés de John Mills en tant qu'agent de renseignement. 


En 1963, la dive bouteille finit par avoir raison de cet Australien, qui eut le mérite de berner consciencieusement les services secrets allemands. A l'occasion de ses funérailles, Montgomery a déclaré: «Il a trompé les Allemands à un moment critique de la guerre».

ACCUEIL

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page