Les illusions dans la guerre, 39-45, Se faire passer pour une flotte de sous-marins

par Jean Marie Champeau 19 Juin 2021, 14:39 application guerre

39-45, Se faire passer pour une flotte de sous-marins

 

 

Andrew C. Cunningham
Andrew C. Cunningham

En juin 1942, le major Jasper Maskelyne, célèbre magicien et illusionniste britannique en temps de paix, a été posté près du Caire, en Égypte, quand il a reçu une convocation de l'amiral Andrew C. Cunningham, commandant de la Royal Navy en Méditerranée

 

Cunningham avait une mission de taille, protéger les convois britanniques dans sa section d'une ligne de communication de plus de 5000 km entre Gibraltar à l'embouchure de la Méditerranée à l'Ouest jusqu'en Egypte au Moyen-orient.

Appelé dans le service "ABC", Cunningham, l'amiral avait un gigantesque problème. 

 

Quatre mois plus tôt, la « forteresse imprenable de Singapour », le "Gibraltar de l'Est" de l'Empire Britannique était tombé, et soixante-dix mille soldats avaient été capturés par les Japonais. 
Cette catastrophe a été aggravée lorsque les Japonais ont coulé deux cuirassés britanniques, le Prince of Wales et le Repulse, après que la Royal Navy ait perdu deux croiseurs et le porte-avions Hermes en Océan Indien.

À la suite de ces calamités, la Royal Navy était tellement affaiblie dans le Pacifique que Cunningham a reçu l'ordre de diriger les navires de guerre de la Méditerranée vers l'Extrême-Orient. 
Ce faisant les forces en Méditerranée se trouvaient réduites d’autant et cela rendait difficile la possibilité de faire face à la menace bien réelle d'attaques de convois par les navires rapides et modernes de la marine italienne.

 

Cunningham a estimé qu'une grande flotte de sous-marins basée en Afrique du Nord pourrait empêcher la marine italienne de lancer de grandes opérations. 


Mais il y avait un gros problème, seuls quelques sous-marins étaient disponibles. Alors l'amiral a demandé à Jasper Maskelyne de faire montre de ses capacités de magicien et de faire apparaître des sous-marins supplémentaires comme par magie.

L'opération Sly Bob


Bien que Maskelyne aimait à dire qu'il pouvait produire des miracles, il fut surpris par l'énormité et la complexité de la tâche qui lui avait été demandée. Il devait créer une flotte de sous-marins factices, grandeur nature, capable de flotter comme les vrais, mais aussi pouvant être repliés par quelques hommes, voyager dans un camion sur plusieurs kilomètres jusqu'à un nouveau port, et « lancé » à nouveau la nuit suivante.

Il fallait que les sous-marins factices soient suffisamment réalistes pour attirer l'attention des avions de reconnaissance ennemis.

faux sous marin à Alexandrie

 

Sacré défi, « c'est plus fort que tout ce que le grand Houdini avait jamais fait », a dit Maskelyne. 
Les spécialistes de son « Magic Gang » se sont attelés à la tâche. 

 

À l'aide de barils de pétrole, de toiles, de tuyaux, des câbles et de la peinture, ainsi que les restes de plusieurs wagons bombardés, ils ont réussi à façonner un sous-marin britannique prototype grandeur nature de 78 mètres de long et d’une hauteur de plus de 8 mètres. Le bâtiment factice présentait l'armement normal des canons de pont, ainsi qu'une ancre.        
      
 

Sous marin !

 

Construit sur une plage égyptienne isolée, la création remarquable a été mise à l’eau sur des traverses de chemin de fer. 

Lors de ses essais dans le golfe de Suez, le mannequin "Sly Bob" était tellement réaliste qu’il a attiré l'attention d'un destroyer britannique qui passait. Ignorant le plan de tromperie, il a appelé des avions de chasse et un destroyer transportant des grenades sous-marines. Le sous marin factice a subi un début d’attaque et a failli être coulé. 

 

Seul le prototype unique a été construit et la difficulté de créer un bâtiment viable et manipulable a rendu le projet irréalisable et "Sly Bob" a été abandonné avant sa mise en œuvre complète.
 

Cuirassé !                                     

 

Jasper Maskelyne

Sur la base de l'expérience de "l’Opération Sly Bob", 
l'équipe de Maskelyne a alors proposé d’utiliser un croiseur vieillissant pour en faire un cuirassé qui constituerait la menace que l’on souhaitait pour la navigation ennemie à la place des sous marins factices abandonnés. 

                                        
Sitôt dit, sitôt fait par le « Magic Gang », mais les efforts déployés on été décevants car l'équipement factice et les accessoires ajoutés au croiseur n'étaient pas assez réalistes. 


L'équipe de Maskelyne a alors proposé d’utiliser le croiseur partiellement factice comme "appât ventouse". 

Un "appât ventouse" consiste, pour un magicien, à tromper le public en lui montrant une partie d’un truc pour qu’il croit, à tort, deviner la solution afin de diriger son attention dans une direction alors que la manipulation se déroule ailleurs.

 

HMS_Hood
HMS_Hood

Ils ont fait semblant de camoufler le croiseur devenu cuirassé factice, que Maskelyne a baptisé HMS Houdin d’après le nom du magicien Jean-Eugène Robert-Houdin. 

                                                                                        Les cuirassés britanniques sont les maîtres du combat à moyenne portée. Avec leur batterie de 8 ou 9 canons de 300 à 450 mm d’une portée de 15 km, un blindage lourd, et des obus explosifs, leur mission principale consiste à chasser les croiseurs ennemis.
                                                                                     

En permettant aux observateurs allemands de "voir" à travers le camouflage, l'équipe de Maskelyne a conduit les Allemands à "deviner" la présence d’un cuirassé que les britanniques "tentaient" de cacher. 
 
Les services de renseignement allemands ont probablement été très heureux de découvrir un cuirassé sous toute la toile et le papier mâché.

Amener les Allemands à croire qu'ils avaient pénétré le camouflage et détecté le cuirassé a créé dans l'esprit des dirigeants militaires ennemis le même risque pour la navigation allemande qu’aurait posé un vrai cuirassé ou une flotte de sous marins.

 

Objectif atteint !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page