Les illusions dans la guerre, -1250, Le Cheval de Troie

par Jean Marie Champeau 9 Juillet 2021, 13:15 application guerre

-1250, Le Cheval de Troie

 

Le cheval de Troie

Qui ne connaît l’histoire du Cheval de Troie, au point que de cet épisode légendaire est née l'expression « cheval de Troie » pour désigner les dons qui s'avèrent être des pièges pour ceux qui les reçoivent.


L’Iliade et l’Odyssée, poèmes épiques composés entre le IXe et le VIe siècle avant JC, attribués à l 'auteur grec ancien Homère, contiennent des détails sur Le Cheval de Troie, un épisode décisif de la guerre de Troie, présumée s’être déroulée vers 1250 avant JC.


Le Cheval de Troie reste pour tous l’exemple-type de la ruse dans lequel l’ennemi tombe volontairement. Mais l’on a tendance à oublier, voire à ignorer, que les Troyens ont été « aidés » à tomber dans le piège par d’habiles manipulations du camp grec.

Reprenons depuis le début. 

Pâris, prince de Troie, enlève la belle Hélène, femme de Ménélas le roi de Sparte. Pour la récupérer, ce dernier fait appel aux autres rois grecs et lance avec son frère Agamemnon une expédition sur Troie. Débute alors un siège qui durera dix ans et qui, après de nombreux revers de part et d’autre, prendra fin grâce à la ruse qui nous intéresse avec la victoire des Grecs et la mise à sac de Troie.

La ruse


Ainsi donc, après plusieurs années de siège infructueux, le chef grec Ulysse échafaude la ruse du Cheval de Troie.

Pendant trois jours, les Grecs construisent un cheval de bois creux harnaché d'or, plus large que les portes de la ville, dans lequel ils cachent des guerriers, notamment Ulysse et Ménélas


Abandonnant le cheval sur la plage, les grecs brûlent leur camp et embarquent sur les bateaux. Ils font semblant de quitter les environs de Troie, donnant l'impression qu'ils naviguent pour rejoindre la Grèce, mais s’en vont attendre leur heure sur une île voisine, non sans laisser sur place un agent d’influence, Sinon.      

carte de troie

Lorsque les Troyens sortent de la ville pour examiner le campement désert, ils ne trouvent que le cheval et Sinon qui se présente comme un déserteur. Sinon parvient à gagner la confiance de certains Troyens en se faisant passer pour une victime des Grecs

Puis il développe le thème que les Grecs ont imaginé : « Ce cheval est érigé pour apaiser la déesse Pallas-Athéna, protectrice des Grecs, qui aurait été courroucée par le fait que le Grec Ulysse ait dérobé une statue à la gloire de la déesse dans Troie. » Les Troyens, sensibles à ce thème, le relaient entre eux, et s’en font l’écho.


Alors qu’il tentait de prévenir les Troyens d’une ruse possible, le prêtre Laocoon est tué par deux serpents. Les Troyens attribuent sa mort à Pallas-Athéna qui aurait été fâchée de cette défiance. 

Cet incident enlève toute rationalité à « l’opinion publique » troyenne et, malgré les avertissements de Cassandre, les Troyens abattent eux-mêmes les murailles de la ville pour faire rentrer la statue de bois afin de ne pas offenser Athéna… 

 

Croyant la guerre terminée, ils festoient et se réjouissent.


La nuit venue, les guerriers grecs sortent du cheval et ouvrent les portes. Troie est pillée et Ménélas peut enfin ramener Hélène à Sparte, vingt ans après son enlèvement.
 

Désinformation

 

Manipulation

Cette ruse est un formidable exemple de ce que Vladimir Volkoff théorisera sous le nom de désinformation

 

Les Grecs construisent une statue de cheval en bois qui possède deux caractéristiques : 

- La première, la plus connue, le cheval est creux, à l’intérieur est cachée une escouade composée des meilleurs guerriers grecs.

- La seconde est que le cheval est trop grand pour pouvoir passer la porte des murailles de Troie, ainsi le cheval ne semble pas prévu pour entrer dans la ville.


La statue sera le support de désinformation

Sinon est l’agent d’influence.       

Le thème de l’histoire que raconte Sinon parle aux Troyens. Ils y sont sensibles et la relaient eux-mêmes se faisant ainsi les idiots utiles et gagnent « l’opinion publique » à leur cause.

Une histoire éternelle

 

Le cheval de Troie. Huile sur toile d'Henri-Paul Motte (1874). 
Huile de Henri-Paul Motte(1874)

 

Homère n’était pas un historien, mais un poète. Il est admis aujourd’hui que ses récits sont composés d’éléments d’époques différentes, transmis par la tradition orale, qui fait la part belle à l’imaginaire. 


Il n’en demeure pas moins que la chute de Troie a représenté dans l’esprit des Grecs un événement d’une telle importance qu’ils l’ont choisie comme point de départ de leur histoire.

Cet épisode a aussi eu une influence certaine sur notre propre civilisation. Tout le monde en connaît le récit, au moins dans les grandes lignes. De même que l’on on a conservé l’expression latine : « timeo danaos et dona ferentes » (Je crains les Grecs même s'ils apportent des cadeaux).

 

Toute similitude avec des événements contemporains n’est pas fortuite.

Et de nos jours, le stratagème a donné son nom à une technique de virus informatique.

ACCUEIL

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page