Les illusions dans la guerre, 1945, Le Panzer VIII Maus

par Jean Marie Champeau 28 Juillet 2021, 13:27

Le Panzerkampfwagen VIII Maus

 

Le Panzerkampfwagen VIII Maus vue 3/4 avant

Le Maus («souris») est un char allemand des armes miracle. Il est le char le plus lourd jamais développé jusqu'au stade de prototype, état où il est resté.


En novembre 1941, le Waffenamt, le service chargé du développement des armes de l’armée allemande, avait rédigé des spécifications pour un char de 70t, dont le développement fut confié à Krupp en février 1942, donnant naissance au Panzerkampfwagen VII Löwe. Hitler fut impressionné par ce projet et confia dès mars 1942 à la même entreprise le soin de développer un char de 100t avant le printemps 1943. 


Dans un premier temps, les ingénieurs de Krupp proposèrent un projet de 90t, mais Hitler se montra intraitable. Il était convaincu que les Soviétiques allaient bientôt mettre en service des chars plus lourds que ce qu’ils avaient eu jusqu’alors et qu’un char de 100t était indispensable pour les contrer.
                      
À la fin du mois de mars 1942, Porsche reçut également, en concurrence avec Krupp, un contrat pour le développement d’un char de 100 t, et les plans de ce véhicule, baptisé Mauschen («petite souris») furent approuvés en juin. La conception de la tourelle resta toutefois entièrement entre les mains de Krupp, qui reçut le contrat le17 juillet 1942.

 

Hitler trancha définitivement au moment de lancer la phase de production en janvier 1943. Les plans de Porsche seraient retenus pour le châssis, avec la tourelle de Krupp, tandis que l’assemblage serait réalisé par l’entreprise Alkett. 


Six prototypes devaient être réalisés puis cent trente-cinq véhicules, au rythme de dix unités par mois. À cette date fut également choisi quel serait l’armement principal, qui avait fait l’objet de nombreuses hésitations dans les mois précédents. Ce serait un canon de 128mm, mais la tourelle devait être compatible avec un canon de150mm pour de futurs développements et celui-ci devrait être en mesure de tirer un projectile de 43,5kg à une vitesse minimale de 750m/s et à une distance de 16km. 

 

Les spécifications initiales exigeaient une portée d’au moins 7km et une longueur de tube suffisante afin d’éviter que la bouche se trouve directement au-dessus des prises d’air du moteur. L’élément le plus proéminent de l’armement secondaire était un canon coaxial de 75mm, qui fut envisagé dès juin 1942. Une mitrailleuse installée en proue fut initialement envisagée, mais finalement abandonnée au début de l’année 1943.

Le Panzerkampfwagen VIII Maus plan

La propulsion du Maus était assurée par un système hybride constitué de deux moteurs électriques, eux-mêmes alimentés par le biais d’un générateur couplé au moteur principal, qui fonctionnait à l’essence ou Diesel, selon les versions.

 

Le choix se porta sur un Daimler-Benz DB 603, dont la puissance devait être augmentée à 1200ch par l’ajout d’un compresseur.

La position du moteur était inhabituelle, étant situé au milieu de la caisse, ce qui avait pour effet de séparer le conducteur, placé à l’avant, du reste de l’équipage installé dans la tourelle. Les moteurs électriques étaient eux positionnés directement sous la tourelle, à proximité des barbotins.

 

L'équipage était constitué de six hommes. Un conducteur et un opérateur radio prenant place dans la caisse, et le chef de char, le canonnier ainsi que les deux chargeurs dans la tourelle.


Le blindage de la partie frontale du char présentait une inclinaison de 35% par rapport à la verticale. Le blindage de la caisse était de 200mm à l'avant et 160mm à l'arrière. Celui de la tourelle était de 250 mm à l'avant, 200mm à l'arrière et 60mm sur le toit.

                                                                                   

Le Panzerkampfwagen VIII Maus vue 3/4 arrière

D’une longueur de 10,02m, d’une largeur de 3,70m pour une hauteur de 3,66m, il a une garde au sol de 50cm et accuse une masse au combat de 188 tonnes sur des chenilles de presque 1m de largeur.
Il se déplace à une vitesse de 10km/h en tout terrain et sur route il ne dépasse pas 14km/h.

 

Le projet subit un premier coup dans la nuit du 5 au 6 mars 1943, quand un bombardement de la RAF visa les installations de Krupp à Essen et entraîna la destruction de tous les plans de la tourelle, ainsi que de la maquette en bois de celle-ci. 

 

Si le planning de fabrication était initialement tenable pour le châssis, il ne l’était en revanche pas pour la tourelle du fait des problèmes de Krupp, et les prévisions pour la livraison de la première tourelle glissèrent progressivement d’octobre à décembre.

 

Un second raid aérien début août sonna le glas du projet. Deux châssis purent être sauvés des ruines et il restait des composants pour trente autres, mais, une fois de plus, la majeure partie des composants et des ateliers de production de la tourelle avaient été détruits et seule une pouvait encore être assemblée dans un délai raisonnable. 

 

Finalement, Krupp ayant estimé qu’il faudrait jusqu’à huit mois pour relancer la production, l’armée décida d’abandonner le projet le 27 octobre 1943. Seuls les deux châssis et la tourelle restante devaient être complétés et envoyés à Alkett pour l’assemblage final. 

Un premier châssis y arriva le 26 septembre 1943 et fut terminé à la fin de l’année puis envoyé au terrain d’essai de Böblingen en janvier 1944.

  Test à Kümmersdorf en septembre 1944.
Test à Kümmersdorf, septembre 1944.

Ce premier véhicule n’ayant pas de tourelle, un simulateur de même forme, taille et masse fut installé à la place afin de pouvoir conduire les essais dans les conditions les plus proches de la réalité. Les premiers essais de mobilité se passèrent assez bien, malgré une certaine tendance du char à s’enfoncer dans le sol.

 

La poursuite des essais révéla toutefois rapidement des défauts majeurs de motricité. Tout d’abord au niveau des chenilles, le modèle plat initialement prévu manquant de capacité de traction, leur poids les rendaient par ailleurs difficiles à manipuler et le remplacement d’un segment prenait en moyenne huit heures de travail exténuant aux six membres d’équipage. 
 


Ensuite, la consommation de carburant, établie à 35L/km, soit 3500L au 100km, était colossale et bien au-dessus de ce qui avait été estimé.

Un autre problème était d'ordre logistique. Avec ce poids, peu de ponts lui seraient ouverts, limitant ainsi ses actions. On prévoyait de lui ajouter, comme pour les sous-marins ou les premiers exemplaires du Tiger I, des schnorkels afin de franchir des rivières en immersion.


Ces problèmes auraient réduit au minimum ses fonctions offensives mais en revanche auraient pu faire de lui un engin meurtrier en défense de zone vitale, lorsque l'aviation ne pouvait pas agir car sa faible mobilité en faisait une cible pour les avions d'attaques au sol.


L’assemblage final du second véhicule eut lieu directement à Böblingen en juin 1944, Alkett s’étant déchargé de cette tâche dès mars 1944. Les essais réalisés sur ce prototype complet montrèrent d’autres problèmes, en particulier que la rotation de la tourelle n’était pas possible sur une pente de 10 %, le moteur électrique affecté à cette tâche ne parvenait pas à délivrer suffisamment d’énergie, tandis qu’en manuel il fallait exercer une force de plus de 30kg sur la manivelle pour faire bouger la tourelle.


Tout travail sur le projet fut arrêté le 19 novembre 1944 et les deux véhicules furent envoyés à Kummersdorf pour y être stockés. 

 

À l’approche de l’Armée rouge en avril 1945, les Allemands les détruisirent à l’explosif avant de se replier.

 

Il fut le tank le plus blindé de la Deuxième Guerre mondiale.

Landkreuzer Projekt

 

 

Mais il y avait encore plus gros!

Sources

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wunderwaffe

https://fr.wikipedia.org/wiki/Panzerkampfwagen_VIII_Maus

https://tanks-encyclopedia.com/ww2/nazi_germany/panzer_maus.php

 

Photos

Test sur le terrain d'essai de Kümmersdorf, aux alentours de septembre 1944.

Par IWM — Imperial War Museums : https://www.iwm.org.uk/collections/item/object/205094931, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=67844173

https://tanks-encyclopedia.com/ww2/nazi_germany/panzer_maus.php

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page