Les illusions dans la guerre, 1945, Le V1

par Jean Marie Champeau 23 Juillet 2021, 13:03

Le V1 (missile)

 

Un V1 amené à son pas de tir avant le lancement (1944).
Un V1 amené à son pas de tir avant le lancement (1944).

Le V1 Vergeltungswaffe (arme de représailles) est une bombe volante et le premier missile de croisière de l'histoire de l'aéronautique.

Le V1 est utilisé durant la Seconde Guerre mondiale, du 13 juin 1944 au 29 mars 1945 par l'Allemagne nazie contre le Royaume-Uni, puis également contre la Belgique, pendant l'hiver 1944-1945. 


La recherche dans le domaine des missiles était un choix stratégique des Nazis, qui pensaient ainsi compenser leur faiblesse en matière de bombardiers lourds à long rayon d'action. 

 

En déployant ces armes nouvelles, les Allemands ne cherchent pas tant à causer des dégâts à l'armée britannique qu'à saper le moral des insulaires, ralentir leur production industrielle et se venger des bombardements qui frappent les villes allemandes.

Mais les missiles allemands ne causèrent que des dégâts mineurs et ne ralentirent en rien l'effort de guerre des Alliés, ni ne portèrent atteinte à leur moral. Fabriqués dans des conditions épouvantables par des déportés réduits en esclavage au sein du système concentrationnaire nazi, ils firent des victimes bien plus nombreuses dans les rangs de ces prisonniers.

 

Le V1 ou Fieseler Fi 103 est conçu principalement sous la désignation FZG 76, de l'allemand Flak Ziel Gerät 76 («engin antiaérien vers cible»), par Robert Lusser de la société Fieseler, et par Fritz Gosslau de la société Argus.


Le bombardier Heinkel est adopté pour le lancement d'un autre type de V1, lancé depuis un avion. Les Heinkel ont leur base aux Pays-Bas et les V1 qu'ils lancent évitent le barrage de DCA. Ils continuent leurs actions meurtrières jusqu'en 1945.

 

La dernière bombe tombe sur le village de Datchworth le 29 mars 1945.

 

Environ 35000 V1 sont construits, dont la moitié est détruite au sol par des bombardements.
Le lancement s'effectue principalement à partir de longues rampes. Les services secrets alliés n'ont pas tardé à repérer leur disposition en arc de cercle autour de leur cible, Londres et ses alentours.

 

Au total, environ 9250 V1 sont lancés à partir de rampes de lancement, mais un certain nombre sont lancés à partir d'avions porteurs Heinkel. Approximativement 6550 sont largués d'avions sur le centre de l'Angleterre et sur Londres, mais aussi sur Anvers, Liège et Bruxelles après la libération par les Alliés. 

À Bruxelles, entre autres dégâts, un V1 détruit l'usine d'aviation Jean Stampe

Quelques V1 tombèrent sur Paris, encore après la libération par les Alliés. 
Beaucoup se sont simplement égarés et sont tombés au hasard. 

Chasseur  Spitfire  modifiant la trajectoire d'un V1
Chasseur  Spitfire  modifiant la trajectoire d'un V1

Le vol des V1 était rectiligne et à vitesse constante (environ 600 à 700 km/h), ce qui faisait de ces engins des cibles, non pas faciles mais atteignables par plusieurs types de chasseurs alliés, tout aussi véloces. L'action de ces derniers, ainsi que la DCA permirent d'abattre environ la moitié de ces engins lancés contre le Royaume-Uni.


La centrale inertielle du V1 ne pouvant corriger des erreurs que de quelques degrés de roulis sur sa trajectoire originelle, des aviateurs sous la direction de la RAF, mirent au point une méthode pour les faire dévier de leur course. L'avion volant à la même vitesse que le V1, le pilote se place à côté de lui et place l'extrémité de son aile sous celle du V1, ce qui déstabilise celui-ci. En effet, les ailes ne se touchent pas, mais l'air entre les deux ailes étant comprimé, une force est exercée sur le V1, qui est dévié de sa trajectoire. L'utilisation de cette méthode spectaculaire, mais dangereuse, est attestée dans au moins trois cas. Aussi dangereuse que soit cette action, suivre un V1 et tirer sur lui était encore plus dangereux. 

Car ainsi, à presque 650 km/h, il est très difficile d'éviter les effets de l'explosion de la bombe volante. C'est ainsi que fut tué le héros de la France libre Jean Maridor.

 

Pour tenter d'améliorer la précision des tirs, le colonel Max Wachtel fait équiper un certain nombre de V1 d'une radiobalise, qui peut donner l'heure exacte de l'impact, toutefois, pour le lieu, il doit compter sur les rapports des espions allemands infiltrés à Londres... qui en fait ont tous été arrêtés et « retournés » par les services secrets anglais qui les utilisent comme canaux de désinformation.

 

R.V.Jones, le responsable du renseignement scientifique britannique exploite alors magistralement la situation : sachant que les Allemands ne peuvent plus guère opérer de reconnaissances aériennes sur Londres, et que de toute façon, vu les destructions du Blitz de 1940/41 il y a partout des impacts de bombes dans Londres, il fait passer de fausses informations aux Allemands, couplant les heures de chute des V1 tombés « trop court » sur les quartiers Est de Londres, avec des points de chute fictifs « trop longs », dans le west end.

Croyant à la fiabilité de ses sources de renseignement, Wachtel « raccourcit » les réglages des V1 qui sont en principe centrés sur Tower Bridge, avec pour résultat de les faire tomber majoritairement sur les banlieues Est de Londres ou dans l'estuaire de la Tamise.

 

De plus, l'état-major allié mobilise des forces aériennes, avions et canons de DCA, pour garder le ciel britannique, en les prélevant sur le front. Les services de renseignements et les missions aériennes s'emploient à localiser, et à faire bombarder les sites de lancements, bien que les Allemands soient capables de les reconstruire rapidement. L'avancée des troupes sur le front de l'Ouest fait cesser définitivement les tirs de V1.


Stratégiquement, le principal succès des V1 n'est pas l'efficacité des bombardements en eux-mêmes, mais la mobilisation de grands moyens militaires, détournés du front, pour les arrêter.

Sources

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wunderwaffe

https://fr.wikipedia.org/wiki/V1_(missile)

 

Photos

Un V1 amené à son pas de tir avant le lancement (1944).

Par Bundesarchiv, Bild 146-1975-117-26 / Lysiak / CC-BY-SA 3.0, CC BY-SA 3.0 de, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=5482824

 

Chasseur Spitfire modifiant la trajectoire d'un V1 en soulevant l'aile de la bombe volante.

Par Walton — This is photograph CH 16281 from the collections of the Imperial War Museums., Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=685906

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page