Les illusions dans la guerre, 756, Chine le siège de Yongqiu

par Jean Marie Champeau 15 Juillet 2021, 08:28 application guerre

756, Chine, le siège de Yongqiu
                                                                                       

Zhang Xun
Zhang Xun

En Chine pendant la dynastie des Tang, en 755, s’est produit la révolte du général rebelle An Lushan qui a connu de nombreux succès. Son armée était forte de plus de 160 000 hommes et ses effectifs augmentaient rapidement. 

À l'automne 755, An Lushan remporte une victoire majeure en s'emparant de Luoyang, la capitale orientale de la dynastie Tang, et proclame une nouvelle dynastie, la dynastie Yan.                                                                

 
Entre la population civile qui perd espoir et se détache de la dynastie Tang et les défections quotidiennes de fonctionnaires, généraux et simples citoyens au profit des Yan, il semble alors que les jours des Tang soient comptés. 

Le général rebelle An Lushan pose alors les yeux sur Chang'an, la capitale principale des Tang. 

                                                                                          
Le Xian de Suiyang était d'une grande importance militaire, car si les troupes de la dynastie Tang pouvaient défendre cette région, l'influence d'An Lushan serait limitée au nord de la Chine. Cela donnerait aux Tang suffisamment de temps pour préparer les défenses du sud et rassembler de nouvelles troupes.

Défection du gouverneur de Yongqiu

 

An Lushan
An Lushan

À cette époque Yang Wan Shi, le gouverneur du XIan de Suiyang, décide de se rendre à An Lushan.

Le gouverneur de la ville de Yongqiu, nommé Linghu Chao, approuve cette reddition car, selon lui, la chute de Luoyang a rendu la cause Tang désespérée.

En revanche Zhang Xun, le commandant des troupes de la forteresse de Suiyang, refuse de se rendre. Il désobéit aux ordres du gouverneur et plutôt que de livrer sa forteresses aux troupes Yan, il rassemble environ 3 000 citoyens et soldats pour combattre les rebelles. 


Zhang Xun remarqua que si Yongqiu restait sous le contrôle d'An Lushan, la sécurité de Suiyang serait très rapidement compromise. 
Il prend le commandement d'une armée d'environ 2 000 hommes et assiège Yongqiu, faiblement défendu. Un peu avant le début du siège, des civils et des soldats loyaux aux Tang ont provoqué le chaos dans la forteresse. Zhang Xun profita de la situation pour s'emparer rapidement de la forteresse, sans pour autant réussir à capturer Linghu Chao qui s'enfuit.

 

En février, Linghu Chao revient à Yongqiu avec une armée de 15 000 rebelles sous ses ordres, pour tenter de reprendre la forteresse.
                                                                                              

   Yongqiu devenue Kaifeng
Yongqiu devenue Kaifeng

Le gouverneur Linghu Chao ordonna à ses troupes d'encercler Yongqiu et de couper toute possibilité de fuite pour Zhang Xun. 

 

Puis l'assaut a commencé avec des échelles posées contre les murailles et des armes de siège. Zhang Xun s'attendait à une telle attaque et, avant la bataille, avait ordonné la fabrication de nombreux ballots d'herbe. Il a ensuite ordonné à ses troupes de tremper ces boules d'herbe dans de l'huile, puis de les allumer juste avant de les lancer sur l'ennemi. 

 

La situation semblait si périlleuse que de nombreux soldats rebelles ont refusé de monter en haut des échelles. Chao comprit qu'un assaut direct ne pouvait pas lui permettre de gagner la bataille, et ordonna donc à ses troupes de simplement encercler Yongqiu jusqu'à ce que Zhang Xun manque de nourriture.

Des tambours

 

Tambour de guerre Chinois
Tambour de guerre Chinois

Zhang Xun donne l'ordre à ses troupes de jouer des tambours de guerre pendant la nuit, ce qui a conduit les rebelles à se préparer au combat. Mais les portes de la forteresse restent fermées, et aucun soldat fidèle aux Tang ne s'est aventuré sur le champ de bataille. Après de nombreuses nuits où le même schéma se répète, les rebelles finissent par se fatiguer de ce petit jeu et ignorent les tambours de guerre lorsqu'ils commencent à jouer. 

 

Profitant du fait que ses adversaires ont baissé leur garde, Zhang Xun mène personnellement de nombreuses embuscades nocturnes contre les rebelles, en sortant furtivement de la forteresse.

Ces embuscades victorieuses à répétitions affaiblissent grandement le moral des hommes de Linghu Chao, car ils ont le choix entre dormir la peur au ventre, ou ne pas dormir du tout. 

 

Chao riposte en reprenant les attaques directes contre la forteresse, sans grand succès. Malgré ces échecs, Chao coupe complètement les approvisionnements de la forteresse mais cette tactique de blocus n'a pas eu les effets escomptés. En effet, les troupes extrêmement loyales de Zhang Xun ont régulièrement réussi à détourner l'attention de Linghu Chao loin de ses provisions alimentaires, avant de les voler.

A cours de flèches

 

Le siège se poursuivit, et après 60 jours, les troupes de Zhang Xun sont à court de flèches. Il ordonne alors à ses troupes de fabriquer environ 1 000 mannequins et de les équiper avec leurs armures. Pendant la nuit, les soldats ont accroché les épouvantails le long du mur de la forteresse, pour qu'on puisse les voir facilement. Linghu Chao remarqua un certain nombre de silhouettes noires en armures au loin et ordonna à ses archers de leur tirer dessus, dans l'espoir de stopper ce qui semblait être une embuscade. 

 

Ce n'est que lorsque les épouvantails lardés de flèches sont enlevés des murailles que Linghu Chao se rend compte qu'il avait été trompé. Il ordonne ensuite à ses troupes de ne pas tirer sur des silhouettes noires présentes sur les murailles, car ce serait un gaspillage de flèches. La deuxième nuit après l'incident, aucune flèche n'a été tirée sur les épouvantails.

 

La troisième nuit, les silhouettes noires apparaissent de nouveau sur les murailles et sont une fois de plus ignorées. Cette fois-ci, il ne s'agit pas d'épouvantails, mais des 500 meilleurs hommes de Zhang Xun, qui sont en train de lancer l'embuscade la plus dévastatrice du siège, les soldats rebelles survivants s'enfuient sur plus de 10 km avant de réussir à se réorganiser.

 

Malgré tout ses échecs et les pertes humaines, Linghu Chao refuse de battre en retraite et retourne à Yongqiu pour continuer le siège. 

A cours de bois

 

Zhang Xun est alors à court de bois et fait une offre à Linghu Chao : Si ce dernier recule de plus de 30 km puis laisse Zhang Xun et ses hommes s'échapper, la forteresse serait à lui. Fatigué et usé par les combats, Linghu Chao accepte immédiatement et fait reculer ses troupes et son ravitaillement à la distance demandée, sans pour autant enlever les huttes en bois et les tentes de son campement.


Zhang Xun ordonne immédiatement à ses troupes de démolir les huttes et les tentes, et de ramener le bois dans la forteresse. Quand Linghu Chao finit par comprendre le plan de Zhang Xun, il est déjà trop tard.

 

an-lushan-rebellion
Les troupes d'An Lushan

Après cette nouvelle péripétie, le moral des rebelles est au plus bas et finalement, Linghu Chao se retire avec ses troupes. 

Lorsqu'il entame ce repli, il ne lui reste plus que 20 000 hommes sur les 40 000 présents au début du siège. Après environ 4 mois de bataille, l'armée beaucoup plus petite de Zhang Xun a remporté une victoire décisive sur les rebelles.

 

Siège de Suiyang
Siège de Suiyang

En janvier 757, An Lushan, le rebelle est tué par son propre fils An Qingxu, qui, poursuit la guerre et donne l'ordre d'attaquer la ville de Suiyang. Xu Yuan, qui est alors le gouverneur de Suiyang, demande alors de l'aide a Xun, qui accepte immédiatement. Zhang Xun savait que si Suiyang tombait, le reste du territoire Tang au sud du fleuve Yangtze serait menacé. Il a immédiatement accepté d'aider Xu et a participé à la bataille de Suiyang jusqu’à sa chute, poursuivant ainsi son tragique destin.

Grâce à la détermination de Zhang Xun, les richesses du sud de la Chine sont restées hors de portée des rebelles pendant près de deux ans. Avec une si grande armée du Yan tenue à distance, les Tang ont été en mesure d'utiliser les ressources à leur disposition pour rassembler plus de troupes pour le combat et lancer la riposte contre le Yan.

 

Après quoi, le vent a tourné et l'armée Tang a pris le dessus, tant en hommes qu'en matériel. Si le Yan avait conquis tout le district de Suiyang un an plus tôt, la dynastie Tang aurait peut-être pris fin en 757.

ACCUEIL

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page