Les illusions d’optique dans la vie courante, l’illusion du temps

par Jean Marie Champeau 28 Décembre 2021, 10:08 vie courante

L’illusion du temps  

 

Horloge ORTF 1967
ORTF 1967

 

 

Pour illustrer le début de cet article, j’ai choisi une horloge qui va rappeler des souvenirs aux plus anciens puisque c’est la fameuse horloge de la télé d’avant. 

 

L’ORTF, comme elle s’appelait à l’époque, l’a diffusée pour la première fois le 25 décembre 1959. La photo, ici, est celle de la version «en couleurs» de 1967.

Nous percevons le temps  

 

Avec les horloges, nous pensons mesurer le temps mais en réalité ce que mesure chaque aiguille est un angle, donc un espace. 

 

Même le temps, tel qu’il est mesuré par les horloges atomiques, est également un nombre, le nombre de vibrations d’un atome de césium. On ne mesure jamais du temps, mais de l’espace où des itérations.

 

Il existe plein de choses réelles qui existent mais que nous ne percevons pas, par exemple les champs magnétiques, les ultraviolets ou les rayons X.


En revanche il y a des choses que nous percevons sans qu’elles correspondent pour autant à une réalité physique. Par exemple la verticalité ou l’horizontalité, deux notions qui n’existent pas dans l’univers, mais qui sont utiles dans notre environnement immédiat. 

 

Le temps est une de ces notions sans réalité physique, une illusion fabriquée par notre cerveau pour justifier la succession des évènements, qui sont une suite de causes et que nous appelons «temps».

Les évènements se déroulent
Lien de causalités
Lien de causalités

 

Tout évènement a deux caractéristiques. 


- il a une cause. 
Tout ce qui se passe dans l’Univers, depuis sa création, est la manifestation d’une suite de causalités. Une même cause pouvant aussi générer plusieurs évènements. 


- il est une manifestation de l’énergie.
Les évènements sont une manifestation de l’énergie. Non seulement les évènements ont besoin d’une certaine quantité d’énergie mais ils sont l’énergie au sens propre. Par exemple, un TGV qui se déplace à 300Km/h, une supernovæ qui explose, une pomme qui tombe de l’arbre. 
 

La succession des évènements qui affectent nos vies ne sont pas la preuve de l’existence du temps, ils sont la preuve qu’il y a énergie.

Nous avons des souvenirs

 

Pourtant, nous avons des souvenirs !

 

Oui, mais nous avons également des livres dans lesquels sont relatés des évènements. Que ces évènements aient laissé des traces dans notre cerveau ou dans des caractères d’imprimerie ne change rien et ne prouve en rien l’existence du temps. Nous avons simplement consommé de l’énergie pour mémoriser ces événements.

Nous vieillissons
Le vieillissement
Le vieillissement

 

Nous ne vieillissons pas parce que le temps passe, nous vieillissons parce qu’au moment de la reproduction des cellules, la réplication de l’ADN est imparfaite. Une partie du message se perd.
 

Les personnes qui restent jeunes longtemps ont une réplication de leur ADN qui est davantage conforme à l’ADN des cellules mères. 

 

Ces personnes ne semblent pas jeunes, elles sont réellement plus jeunes. Là aussi la vie qui passe est une consommation d’énergie. Au passage on notera qu’elle est inégalitaire puisque deux personnes ne vieilliront pas de manière identique.

A chacun son temps
Perte de conscience
Perte de conscience

 

Une évocation puissante de l’inexistence du temps est la perte de conscience. Lorsque nous dormons, ou lorsque nous sommes dans le coma pour une opération chirurgicale, à notre réveil nous avons le sentiment que rien ne s’est passé, comme si on avait appuyé sur un bouton. 


Cette perte de conscience a réduit notre temps à zéro. Lorsque nous dormons, nous «éteignons» donc notre temps, parce le temps universel n’existe pas.

La causalité

Enfin, le dernier argument de l’inexistence du temps vient de la causalité elle-même. Rien n’existe sans cause et tout ce qui existe est cause de quelque chose. Or, le temps ne trouve pas sa place dans la chaîne de causalité évoquée plus haut. N’étant cause de rien et conséquence de rien, le temps n’existe pas.

Nous ne pouvons pas remonter le temps, c’est tout simplement parce que le temps seul n’existe pas.

L’Espace-temps

 

Influence d'une masse sur l'espace-temps.
Influence d'une masse sur l'espace-temps.

Nous venons de voir que le temps tout seul n’existe pas, mais l’espace-temps existe. 

 

Depuis Einstein, nous savons que l’espace n’est pas simplement l’absence de toute chose, mais qu’il est une substance. 

 

La présence d’un corps massif modifie la métrique de l’espace, c’est-à-dire la métrique du vide, qui est donc quelque chose. 
 

Nous pouvons nous déplacer dans l’espace et nous avons l’impression que les évènements se déroulent dans le temps. 

 

En physique, l'espace-temps est une représentation mathématique de l'espace et du temps comme deux notions inséparables et s'influençant l'une l'autre. En réalité, ce sont deux versions, vues sous un angle différent, d'une même entité.

 

Les deux sont relatifs. la vitesse modifie l’espace-temps. 

Le temps absolu, une illusion

 

Gravitation Crédit : Nasa
Gravitation Crédit : Nasa

L’expérience a été menée il y a environ 11 ans. Pour ce faire, les chercheurs ont utilisé deux horloges atomiques d’une très grande précision, l’une placée 33 centimètres plus haut que l’autre. Le temps affiché par l’horloge plus proche de la Terre s’est déplacé plus lentement. 

Bien que les différences aient été minimes, cette simulation a tout de même permis de confirmer la considération selon laquelle le «temps absolu» est une illusion.


La gravitation ne se contente pas de dévier la trajectoire des rayons lumineux, elle ralentit aussi l'écoulement du temps. 

 

Si on prend l'exemple des satellites GPS, qui sont avant tout des horloges communicantes très précises, ils sont en mouvement par rapport à nous, à quelques 3.9 km/s, et donc le rythme des tops d'horloge que l’on mesure sur eux est ralenti.

L'horloge du satellite retarde de 7,1 µs par jour. C'est un pur effet de Relativité Restreinte.

 

Ils sont plus loin de la Terre, donc moins profondément enfoncés dans son puits gravitationnel.

L'horloge du satellite avance de 45 µs par jour. C'est un pur effet de Relativité Générale.

 

Les deux résultats se combinent et la résultante est positive, +38 µs/j, au total les horloges embarquées sont décalées vers les fréquences plus élevées, elles avancent sur les horloges terrestres. 

 

Les horloges de nos satellites GPS doivent être compensées en permanence, sans quoi les effets de la relativité décaleraient notre position de 10 mètres par minute ! 

 

Le fait d'être loin de la masse l'emporte sur le fait d'aller vite.

Voyage dans le futur

 

 

La bonne nouvelle, c’est que le voyage dans le futur serait possible !
Non seulement c’est possible, mais c’est expérimentalement vérifié comme le montrent les satellites GPS. 
Cependant, au risque de décevoir les candidats au voyage, la possibilité d’un retour paraît improbable.
   

Avec la relativité générale, l’espace classique de Newton, celui que tout le monde se représente, plat et immuable, disparaît.
 

Il est remplacé par un espace-temps qu’on peut représenter comme de la gelée élastique et déformée en permanence par la présence de masses et d’énergie.

La première photo d’un trou noir Sheperd Doeleman et ses collègues de l'EHT   
photo d’un trou noir, Sheperd Doeleman

 

En relativité générale, il n’y a même plus besoin de voyager pour aller dans le futur.

 

Si un jumeau reste à proximité d’un objet extrêmement massif, comme un trou noir, et que son frère en est éloigné, quand ils se retrouveront, ils n’auront plus le même âge. 
Parce que l’espace-temps, et donc ce qu’on appelle communément le temps, aura été énormément déformé par la masse du trou noir.  

 

Ainsi, ce ne serait pas le temps qui passerait plus vite pour le jumeau plus jeune, c’est le nombre d’évènements qui est moins important. Dans son corps moins de cellules sont mortes, moins d’angles ont été parcourus par la trotteuse de sa montre et il a respiré moins de fois. Comme si la gravité « pompait » de l’énergie aux événements.

Rassurons nous, ce n’est pas parce que le temps n’existe pas en tant que tel, qu’il ne nous est pas utile comme outil. On pourra continuer à mesurer les performances des coureurs du 100 mètres et à martyriser les neurones de nos chères têtes blondes avec des problèmes de trains qui se croisent. 

 

Ouf !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page