Le Cube de Necker

par Jean Marie Champeau 12 Janvier 2021, 10:14 ambiguë

Le cube de Necker est le dessin des arêtes d'un cube en perspective cavalière, ce qui signifie que les bords parallèles du cube sont dessinés avec des lignes parallèles sur le dessin.
Il a été publié pour la première fois en 1832 par le cristallographe suisse Louis-Albert Necker.
Le cube de Necker est souvent utilisé pour tester les modèles informatiques du système visuel humain pour voir s'ils parviennent à une interprétation de l'image similaire à celle d'un humain.

Présentation de l’illusion

Le cube de Necker : un dessin de cube en "fil de fer" sans indication de perspective. Quand deux lignes se croisent, le dessin ne montre pas laquelle est devant et laquelle est derrière. Ceci rend le dessin ambigu. Il peut être interprété de deux manières différentes.
Quand une personne observe le dessin, elle remarquera alternativement chacune des deux interprétations valides, c'est une perception multistable.
 
L'effet est intéressant, car chaque partie de dessin est elle-même ambiguë, l'œil humain fait alors une interprétation individuelle de chaque partie qui rend le tout homogène.

Explication

Techniquement, la figure du cube de Necker est une figure ambiguë (ou réversible ou bistable). Ce n’est pas une illusion.

Le cube de Necker est utilisé en théorie de la connaissance et permet de s’opposer au réalisme naïf, concept qui veut que le monde soit tel que nous le percevons.
Nous voyons un cube, mais en réalité il n'y a pas de cube du tout, juste une figure à 2 dimensions de 12 lignes.
Nous voyons quelque chose qui n'est pas vraiment là, ce que désapprouverait le réalisme naïf. Cette critique du réalisme naïf soutient la thèse du réalisme représentatif.

ACCUEIL

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page