Les illusions, la négligence de la durée

par Jean Marie Champeau 30 Septembre 2022, 02:00 biais de mémoire

 

La négligence de la durée


Toutes les expériences négatives ne se valent pas.

Certaines nous laissent un plus mauvais souvenir que d’autres.

 

Avez vous remarqué(*) qu’une séance d’une heure chez le dentiste vous paraîtra moins «négative» qu’une séance de 10 mn avec un instant de grosse douleur.

 


C’est La négligence de durée.

- - -

(*) Si ce n’est pas le cas, puis-je vous suggérer de faire l’expérience ?

- - -

 

Le biais


La négligence de durée est, en psychologie, l'observation du fait que les jugements des gens sur le degré de désagrément des expériences douloureuses dépend très peu de la durée. 

 

Plusieurs expériences ont révélé que ces jugements ont tendance à être affectés par deux facteurs: le pic, quand l'expérience est la plus douloureuse, et la rapidité avec laquelle la douleur diminue. 

 

Plus la douleur diminue lentement, plus l'expérience est jugée douloureuse.

 

La règle Pic-Fin.
Aller voir

L’impression qui se dégage de La négligence de durée est à rapprocher de "la règle Pic-Fin" qui décrit ce processus d'évaluation.


Aller voir plus de détail sur la "règle Pic-Fin" là. . .

 

Conséquences

 

La négligence de durée doit être prise en compte en médecine, car elle peut amener les patients à être inexacts lorsqu'ils jugent si leurs symptômes s'améliorent avec le traitement.

 

Cette «régression vers la moyenne» est aussi considérée par les scientifiques quand ils évaluent l'efficacité d'un traitement, ou par les pouvoirs publics lorsqu'il s'agit de tester l'effet d'un nouvel équipement sur le nombre d'accidents, un rond-point par exemple. 

 

Dans tous les cas, il est nécessaire de prolonger l’observation sur une période assez longue pour comparer les périodes «avant l'intervention» et «après l'intervention» ou de comparer l'évolution avec d'autres éléments comme un placebo dans le cas de médicaments. 

ACCUEIL

 

negligenceduree

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page